Début septembre, Sony Ericsson Belgique nous a gentiment envoyé leur smartphone haut de gamme pour qu’on le test pour vous.

Comme indiqué dans le titre, le téléphone reçu est bel et bien le Xperia Arc, qui je pense est le meilleur de la marque (pour l’instant en tout cas).

Tout d’abord, voici un récapitulatif de ses caractéristiques :

  • Android 2.3.3
  • Processeur Qualcomm Snapdragon QSD8255 cadencé à 1GHz
  • 512 Mb de RAM
  • Ecran 4,2 pouces Bravia Engine avec une résolution de 854×480 (multitouch et capacitif)
  • Prise micro-HDMI
  • APN de 8,1 mégapixels qui peut enregistrer des vidéo en 720p + flash LED
  • batterie de 1500 mAh
  • Prix : 450 euros

 

Comme vous pouvez le constater, le téléphone affiche de belles performances. Le seul point négatif qu’on peut remarquer à première vue est l’absence d’un processeur dual-core.

 

Premières prise en main

Lors de ma première prise en main, j’ai été impressionné par la beauté du smartphone. C’est d’ailleurs l’un de ses plus gros atouts. Il dispose d’un boitier incurvé (ce qui le rend unique), élégant et surtout très fin (8,7 mm au plus épais). Je dirais même qu’on peut se la péter autant qu’avec un iPhone 4 tellement il fait bon impression. Tout en plastique, le GSM est donc léger (117g) et ne donne pas l’impression d’être grand en poche

Après, c’est son écran qui m’a bluffé. Moi qui ai l’habitude d’être sur un écran de 3,5 pouces, ça m’a littéralement changé. Bien qu’il dispose de la technologie Bravia Engine, l’écran reste toutefois moins lumineux et moins beau que celui du Galaxy S2 par exemple.

 

L’interface

Ensuite vient l’allumage. Pas de quoi perturber un habitué des Android. Les menus sont exactement les même que sur un Androphone sans surcouche. La seule différence se limite (presque) à l’écran d’accueil.Je dis presque car comme pour toute surcouche constructeur, le Xperia Arc dispose de widgets propres à Sony Ericsson et bien sûr du lecteur MP3.

Le widget le plus intéressant est pour moi TimeScape. En quelques mots, vous retrouvez dans une liste défilante-déroulante (avec un aspect 3D), vos messages, vos mentions Twitter, les actualités Facebook ou encore vos appels manqués. Cette fonctionnalité est bien pratique quand elle n’est pas trop encombrée.

Le reste est peut-être typique à Sony Ericsson mais est globalement présent sur les autres téléphones.

 

Mes impressions

C’est pendant presque deux semaines que j’ai pu tester le Sony Ericsson Xperia Arc. Pendant ce temps, je l’ai utiliser quotidiennement, en essayant de tester le maximum de choses.

En voici mes impressions :

Tout d’abord, c’est la première fois que j’ai l’occasion de tester un téléphone Android haut de gamme. C’est surement pourquoi j’ai directement été conquis.

Voici donc une petite liste de choses que j’ai aimées et d’autres moins sans aller dans les détails puisque beaucoup de choses ne changent pas d’un smarthpone Android à l’autre.

  • L’appareil photo : c’est du Sony et ça se voit ! Le capteur fait des photos sublimes. Chose peu commune, vous pouvez choisir entre du 16:9 et du 4:3. L’APN détecte aussi tout seul si vous photographiez un paysage, un visage et reconnait même les sourire. Une chose est sûre, une fois équipé de ce téléphone, vous pouvez abandonner votre appareil photo compact !
  • Les applications sous forme de pages : beaucoup de smartphones Android propose une liste défilante des applications installées. Personnellement je ne trouve pas ça pratique et apparemment Sony Ericsson non plus puisqu’il les a disposées sur différentes pages. Evidemment les anti-iPhone crieront au scandale mais bon…
  • La partie multimédia  est assez bien pensée. Lorqu’on allume le téléphone pour la première fois, une page de l’écran d’accueil est spécialement dédiée au multimédia. On voit bien que Sony Ericsson met ces choses avant. Un mini lecteur MP3 est présent ainsi qu’une menu déroulant des photos récentes semblable à celui de TimeScape.
  • Pour ce qui est du MP3, je n’ai pas beaucoup testé mais je peux vous dire que le son est assez bon. L’interface quant à elle est simple et donc facile a utilisée.
  • Malgré un processeur simple cœur, le téléphone n’a jamais eu de problème de ralentissement. Même lorsqu’un plus gros jeu (comme Need For Speed) tourne dessus.

 

Voilà en gros ce que j’ai le mieux aimé sur ce téléphone. Comme vous pouvez le voir, je n’ai pas (ou presque pas) mentionné de points négatifs. Cela vient peut-être du fait que je ne sais pas faire de comparaison avec un smartphone équivalent puisque c’est le premier que je teste. Il fortement possible aussi que les défauts se voient par la suite, lorsqu’on commence en avoir marre du GSM ou en voyant un amis avec un tout nouveau affichant des performances deux fois plus élevées.

Bref, je pense que ce smartphone vaut le détour. Par comparaison, le HTC Desire S coûte à peine moins cher pour des capacités biens moindres.

Ce mobile conviendra donc aux personnes qui ne voudraient pas débourser des sommes astronomiques pour un super haut de gamme sans pour autant tombé vers le bas gamme qui pourrait dégouter quelques uns de l’OS Android.